Philibert De Chalon

Philibert De Chalon

(Prince d’Orange
1502-1530)

Le Prince enfant

Philibert naquit au château de Lons-le-Saunier, le 18 mars 1502. Il appartenait à la branche cadette de sa famille, dite de Chalon-Arlay. Son père trépassa quelques mois après sa naissance. Philibert hérita donc, tout petit, de la fortune, des titres et de la puissance de la famille dont il était le seul descendant mâle. De fait, il se trouva être un des plus puissant seigneur de son temps.

Sa famille avait amassé fortune et privilège dans toute la Comté et même au delà. Elle tirait essentiellement ses richesses de l’exploitation des salines de Salins et de Lons-le-Saunier. C’était aussi le premier propriétaire foncier de la province. Et en Bourgogne, Bresse, Bugey, Champagne, Flandres ou encore Bretagne, le nom de Philibert de Chalon était synonyme de possessions et empreint de noblesse.

L’homme d’armes au service de… l’Espagne

Philibert de Chalon reçut la plus pure éducation chevaleresque, rompu aux exercices armés comme au tournoi. L’héritier devint un de ces valeureux soldats dont put s’enorgueillir la Franche-Comté.
Néanmoins, les explications sur sa rupture d’avec le roi de France divergent : d’aucuns y ont vu une simple susceptibilité, d’autres évoquent le refus de François 1er de lui restituer son titre de Prince d’Orange.
Quoiqu’il en soit, c’est le camp espagnol que rejoignit le jeune prince, c’est à dire le camp ennemi de la France. A l’âge de 21 ans, il était général de l’Infanterie espagnole, recevant, au passage, le collier de la Toison d’Or. Il fit ses premières armes à Tournai et en Espagne avant de s’aventurer dans les guerres d’Italie, et de commander, seul, les troupes espagnoles devant Rome en 1527. Il maîtrisa parfaitement le siège, prit le château Saint-Ange et Charles Quint (Carlos Quinto) le gratifia du titre de « généralissime » de ses armées.

La mort en Toscane

Philibert joua un rôle essentiel dans les campagnes d’Italie ; délivrant Naples de la présence française, il reçut le titre envié de Vice-Roi de Naples. Hélas ! son ascension fulgurante et rapide fut subitement brisé en 1530. Il dirigeait alors le siège de Florence ; il fut mortellement atteint de deux coups d’arquebuse et périt le 3 août 1530. Le « brillant capitaine » était tombé devant Florence à 28 ans. C’était une perte cruelle pour Charles Quint qui voyait disparaître son meilleur élément, pour la Franche-Comté qui perdait son brillant héritier. Le corps de Philibert reçut une sépulture provisoire sur le lieu même de la bataille, à Gavinana, en pleine Toscane. La petite chapelle abrite toujours la plaque évoquant le passage posthume du Prince d’Orange en son sein. Puis le corps fut déposé à Florence et prit le chemin vers sa ville natale, Lons, où il arriva le 23 octobre 1530. Là, de nombreuses têtes couronnées attendaient les obsèques qui se déroulèrent à l’église des Cordeliers. Elles furent grandioses : l’église était entièrement tendue de noir, un catafalque immense ornait le choeur. Quatre mille torches armoiriées éclairaient la nef. A l’issue de la messe de funérailles, le corps fut descendu dans le caveau qui se trouve sous le choeur.
Philibert fut un authentique prince du 16ème siècle, guerrier qui porta loin le renom de sa province et l’honora même dans la mort. Décédé sans héritier, il léguait ses biens à son neveu, René de Nassau, lequel, de succession en succession, a pour actuel héritier une tête couronnée d’Europe, qui détient les titres de la famille de Chalon, S.M. Béatrix des Pays-Bas.

Laisser un commentaire